SHARE
Abonnez-vous

Avez-vous eu des sentiments mitigés envers votre partenaire à la fin de votre relation même si c’est vous qui avez demandé la rupture?

Si cela sonne vrai, vous n’êtes pas seul. En fait, une série d’études publiées récemment dans la revue ‘Social Psychological and Personality Science’ montre que près de la moitié des personnes se sentent ambivalentes avant une rupture.

Publicité

Abonnez-vous

Pour arriver à ces conclusions, les chercheurs de l’Université de l’Utah et de l’Université de Toronto aux USA ont d’abord demandé aux personnes dans une relation les raisons pour lesquelles ils voulaient rester ou partir. Et nombreux ont déclaré vouloir collaborer avec leur partenaire en raison de leur investissement dans la relation, de leurs obligations familiales ou de l’espoir que la relation s’améliorera ou que le partenaire changera.

66% des personnes (ce qui en fait la réponse la plus courante) ont également déclaré vouloir rester parce qu’ils se sentaient proches de leur partenaire.
Dans l’autre groupe, parmi les gens qui voulaient mettre fin à la relation, la plupart disaient que c’était à cause de fréquentes disputes ou d’un manque de confiance. En fait, jusqu’à 47% des personnes interrogées ont déclaré que la tromperie ou l’infidélité était la raison pour laquelle elles veulent une séparation.

Des problèmes surgissent également après avoir pris votre décision. Si vous partez, vous pouvez éprouver des doutes, ce qui peut rendre difficile la relation. Par conséquent, comme le notent les auteurs de l’étude, les recherches montrent que la rupture est souvent plus difficile pour la personne qui la consent. L’ambivalence explique aussi pourquoi il est si commun de se retrouver, de se séparer et de répéter le même cirque

Greer recommande de se concentrer sur le fait que vous sentez que votre vie va s’améliorer une fois que c’est fini. “Considérez comment vous allez remplacer ce que vous craignez de perdre dans la relation. Remplissez le vide avec de nouvelles activités et expériences », recommande-t-elle.

Abonnez-vous
SHARE