Accueil International Retournement de Situation Lula Revoit sa Position sur l’Arrestation Potentielle de Poutine...

Retournement de Situation Lula Revoit sa Position sur l’Arrestation Potentielle de Poutine au G20 à Rio

136
0
Retournement de Situation Lula Revoit sa Position sur l'Arrestation Potentielle de Poutine au G20 à Rio
Retournement de Situation Lula Revoit sa Position sur l'Arrestation Potentielle de Poutine au G20 à Rio

G20 à Rio : Lula revient sur l’éventualité d’une arrestation de Vladimir Poutine

Le président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva a fait marche arrière, affirmant que la décision d’arrêter ou non le président russe Vladimir Poutine s’il assiste au G20 en 2024 à Rio de Janeiro revient à la justice brésilienne. Cela contredit ses déclarations antérieures assurant que Poutine ne serait pas arrêté.

Vladimir Poutine fait face à un mandat d’arrêt émis par la Cour pénale internationale (CPI) en mars, l’accusant de crimes de guerre liés à la déportation d’enfants ukrainiens. Le Kremlin a rejeté ces accusations de La Haye comme étant « nulles et non avenues ».

Bien que l’Inde ne soit pas signataire ni membre du Statut de Rome de la CPI, le président russe n’a pas participé au sommet du G20 samedi et dimanche à New Delhi. La Russie y était représentée par le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov. Le G20 a adopté samedi une déclaration commune condamnant l’utilisation de la force à des fins d’annexion territoriale, mais sans condamner directement l’invasion de l’Ukraine par Moscou.

Après avoir déclaré que Poutine recevrait une invitation pour se rendre à Rio de Janeiro lors d’un entretien samedi soir, Lula a changé de position. Il a déclaré aux journalistes lundi matin : « Je ne sais pas si la justice brésilienne l’arrêtera. C’est à la justice d’en décider, pas au gouvernement ». Le sommet du G20 à Rio de Janeiro étant prévu pour novembre 2024, Lula a exprimé l’espoir que « d’ici là, la guerre sera terminée ».

Par ailleurs, Lula a également remis en question l’adhésion du Brésil à la CPI, se demandant pourquoi le Brésil est signataire du Statut de Rome alors que les États-Unis, la Russie, l’Inde et la Chine ne le sont pas. Il a toutefois précisé qu’il ne disait pas nécessairement que le Brésil quitterait la Cour, mais il souhaite comprendre les raisons de cette adhésion.

Contrairement à l’Inde, le Brésil est partie au Statut de Rome de 1998, le traité international qui a donné naissance à la CPI en 2002, et devrait donc théoriquement arrêter le président russe s’il se rendait sur son territoire.

(Visited 3 times, 1 visits today)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici