SHARE
Abonner vous

Une vague de diplomates américains et canadiens malades à Cuba a suscité un vif intérêt de la part du pays de l’Oncle Sam. Washington et Ottawa ont annoncé l’ouverture d’une enquête pour faire la lumière sur ce fait fort étrange.

En poste à la Havane, plusieurs diplomates américains et canadiens se sont vus être la cible d’incidents médicaux. Les symptômes sont alarmants car on assiste à une mystérieuse multiplication de pertes d’audition et autres symptômes physiques.

Une possible attaque acoustique
Selon le média américain CNN, Washington serait sur la piste d’une possible « attaque acoustique » menée avec des appareils soniques sophistiqués, déployés à l’intérieur ou à l’extérieur de la résidence de diplomates américains à Cuba. La déclaration officielle de la porte-parole du département d’État, Heather Nauert, précise: « Nous essayons encore de déterminer la vraie cause de leur situation. Nous ne pouvons pas accuser à ce stade un pays ou qui que ce soit  »
La série d’incidents remonterait à plusieurs mois mais n’a été dévoilée que cette semaine. En effet en fin d’année 2016, des Américains travaillant à l’ambassade des États-Unis à La Havane ont commencé à se plaindre « de divers symptômes physiques ». Ils ont alors été rapatriés « pour raisons médicales ».
Ce jeudi 10 Août, le Canada a annoncé qu’un de ses diplomates avait également subi une perte d’audition.
Des armes non-létales
Ce serait cependant la toute première fois qu’une arme létale serait utilisée contre une mission diplomatique. Pour apaiser les tensions, le département d’État américain a précisé que l’enquête restait en cours et que Washington n’accusait pas pour le moment Cuba d’être responsable des attaques.Cependant, les États-Unis ont décidé dès le 23 mai, sans attendre de confirmation de l’expulsion de deux diplomates cubains en poste à Washington, car Cuba est responsable de la sécurité des diplomates américains sur place ». Une décision qui pourrait envenimer entre les États-Unis et Cuba, rétablies en 2015.

Abonner vous
SHARE