Couvre-feu et Coronavirus : Les travailleuses de “awwra” adoptent une nouvelle stratégie

Couvre-feu et Coronavirus : Les travailleuses de “awwra” adoptent une nouvelle stratégie

PARTAGER

Les travailleuses de la nuit ont senti leur business chuter depuis la confirmation des premiers cas du Coronavirus au Sénégal. Presque tous les clients ont fui pour éviter de choper le virus lors des parties de plaisir.

Malgré la mesure de couvre-feu qui a entamé depuis le mardi 24 mars 2020, certaines travailleuses de nuit décident de changer de méthode.

Selon Kritik dans sa parution du jour, «À situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles. Les travailleuses de la nuit sont, elles aussi, «touchées au cœur» par le Coronavirus. Car, leur moment d’activité coïncide avec le temps où le couvre-feu bat son plein et oblige les unes et les autres à se plier à la loi. «Chez Chill» et «Chez Pounon», des aub§rges situées à Nord-Foire d’habitude ouvertes la nuit et très fréquentées par des pr0stituées, sont devenus un lieu de promenade des professionnels du s3xe le jour».

Vous Pourriez Aimer :  Alioune sall, le frère du président et sa femme testés positif au c0vid-19

«Déjà mises hors de circuit par le couvre-feu, elles sont fuies comme la peste par la clientèle qui a mieux à faire que de forniquer avec le virus. «Chez Diamil», sur l’axe des Bermudes à Dieuppeul, aux Almadies et dans les lieux de plaisir de la Sicap, c’est le deuil des rencontres furtives, soirées arrosées et/ou conclues sur le matelas par une partie de jambes en l’air. Pour autant, la crainte est flagrante. Surtout pour la race des contaminées qui ne peuvent plus vivre en dehors du maqu1s nocturne», ajoute le journal.

Vous Pourriez Aimer :  Alioune sall, le frère du président et sa femme testés positif au c0vid-19

«Certaines, qui en faisaient un fonds de commerce pour faire vivre les mômes, ne savent plus à quel virus se donner. Si vous les indexez sur les dérives et activités sataniques qui ont cours et qui peuvent être à l’origine d’une fronde divine, elles vous envoient balader estimant que d’autres personnes par hypocrisie en font beaucoup plus graves mais se cachent sous l’anonymat ou se vendent dans le secret constituant ainsi des bombes ambulantes pour la société. Suivre le regard de ces jalouses…», dit-il pour conclure.

(Visited 1 935 times, 1 visits today)

Laisser un commentaire