SHARE

Dans un autre épisode de violence domestique, un homme du Congo aurait arraché  la vie de sa femme Linda après l’avoir battue violemment ce qui l’a conduite à la mort. Le couple comptait 2 ans de mariage.

Son épouse, âgée de seulement 31 ans, est décédée quelques jours après avoir été battue par son mari à Kinshasa, en République Démocratique du Congo, pour une raison qui n’a pas encore été dévoilée.

Linda est décédée, la semaine dernière, au centre hospitalier Kimbondo de Monkole, à la suite des hémorragies internes qu’elle a subies après que son mari, l’avocat Francis Mbuyi, l’a battue.

Selon les rapports, environ 51% des femmes africaines déclarent que le fait d’être battues par leur mari est justifié si elles sortent sans autorisation, négligent les enfants, se disputent, refusent d’avoir des relations sexuelles ou brûlent la nourriture. C’est effrayant!

Pour être sûr, les chiffres reflètent les attitudes, pas l’incidence. Environ un tiers des femmes africaines déclarent avoir subi de la violence domestique (physique ou sexuelle). Mais les attitudes sont sans doute encore plus pernicieuses.

SHARE