SHARE

Les sécessionnistes camerounais ont tué trois gendarmes et laissé quatre autres blessés lors d’une attaque dans la région du sud-ouest, ont confié dimanche deux sources militaires citées par Reuters.

L’attaque dans la ville de Kembong est survenue quelques heures après que le président Paul Biya ait déclaré lors de son discours à l’occasion de la fête de la jeunesse que la situation dans la partie anglophone était stable.

Au cours de la dernière année, les séparatistes ont tué 25 gendarmes et policiers dans la lutte pour l’indépendance de la région anglophone.

« Nous avons déjà trois gendarmes tués à Kembong. Il y a eu quelques attaques parsemées et maîtrisées. Les auteurs des crimes auraient d’ores et déjà été arrêtés », a déclaré à l’AFP le colonel Didier Badjeck, porte-parole de l’armée camerounaise.

La crise anglophone a éclaté en 2016 après une grève entamée par les avocats et plus tard les enseignants.

Plusieurs civils ont déjà été tués et les violences dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest se poursuivent. Selon un rapport des Nations Unies plus de 40 000 personnes se sont réfugiées au Nigeria depuis le début de la crise.

La France et l’Union africaine ont condamné les attaques dans les régions anglophones et ont demandé au gouvernement camerounais d’engager le dialogue pour mettre fin à la violence.

SHARE