Home Société Attentat à la pudeur avec violence: Une histoire d’amour qui finit devant...

Attentat à la pudeur avec violence: Une histoire d’amour qui finit devant la justice

Attentat à la pudeur avec violence: Une histoire d’amour qui finit devant la justice

9
0

Ndèye Coumba Sall a attrait son ex-petit ami Papa Abdou Bèye, devant la barre du tribunal des flagrants délits, pour attentat à la pudeur avec violence.
Après deux ans de relation amoureuse, Papa Abdou Bèye a demandé en mariage à sa dulcinée Ndèye Coumba Sall. Cette dernière, à son tour, en a parlé à sa mère qui était contre leur relation. Elle a décidé alors de quitter son petit ami. Seulement, ce dernier ne voulait pas entendre parler de rupture. Il harcelait au téléphone Coumba Sall jusqu’à ce que la maman de cette dernière décide d’intervenir.

Attrait pour attentat à la pudeur avec violence, il a réfuté ces charges et a expliqué que c’est Coumba Sall qui l’a laissé entrer chez elle. ‘’Une fois au salon, j’ai évoqué notre problème et je lui ai reproché d’avoir amené ses parents chez moi. Elle refusait de parler de ce problème et revenait sur de vieilles querelles. Quand j’ai insisté, elle a commencé à s’énerver et me disait de sortir de chez elle. Puisqu’on n’en était pas à notre première prise de bec, j’ai essayé de la calmer en lui tenant le bras, mais elle se débattait et est allée dire au voisin que j’ai tenté de la violer. Ce dernier a crié au violeur et je n’avais guère le choix que de prendre la fuite avant de me faire lyncher. Il m’a rattrapé et conduit de force au poste de police‘’, a expliqué le mis en cause. Il nie ainsi la tentative de viol.

Déclaration de la victime
Coumba Sall, elle, a soutenu qu’Abdou l’a surprise au salon, alors qu’elle venait de terminer d’étaler le linge. ‘’Il m’a dit que je n’allais pas m’en tirer comme ça et m’a poussée sur le canapé. Quand il a enlevé mon slip, j’ai su que je n’avais plus d’issue et je l’ai convaincu de me laisser aller aux toilettes et qu’à mon retour, on fera tout ce qu’il voudra. Dès qu’il l’a fait, je suis partie voir notre voisin et j’ai crié au secours en toquant à sa porte. Je lui ai expliqué qu’Abdou a essayé d’abuser de moi et il a, à son tour, crié au violeur‘’.

Des contracdictions
Mais Coumba Sall a déclaré avoir mis une robe ce jour-là, alors que dans le procès-verbal, elle soutenait avoir mis un pantalon. Mieux encore, Tidiane Barro, en sa qualité de voisin et témoin, l’aurait vu en jupe. Selon ce dernier, Coumba Sall hurlait et frappait à sa porte et quand il lui a ouvert, elle lui a expliqué que l’individu qui essayait de la violer était au salon. ‘’Je l’ai vu sortir du salon au pas de course et je l’ai rattrapé puis conduit au poste de police‘’, a-t-il raconté.

Une peine d’avertisement
Le procureur a trouvé que les débats d’audience ont présenté énormément de failles. ‘’J’ai pensé que la victime ne savait pas lire, alors qu’elle est instruite. Elle avait soutenu, dans ses déclarations, avoir porté un pantalon, alors qu’elle dit à la barre avoir mis une robe. Durant l’enquête, elle avait soutenu qu’Abdou l’a embrassée de force et devant la barre, elle dit qu’il a juste tenté‘’.Il a requis la relaxe pour manque d’éléments pouvant asseoir le délit. Dans la même veine, Me Théophile Kayossi pense qu’il n’y a pas eu d’infraction. Il a demandé la relaxe pure et simple pour son client.

Au final, le tribunal a disqualifié les faits en violence et voie de fait, et Abdou a écopé d’une peine avec sursis de 3 mois.

(Visited 125 times, 1 visits today)

Laisser un commentaire